5 chantiers IT essentiels pour garantir le succès des fusions-acquisitions

Assurer la continuité de service (business-as-usual) pendant tout le projet d’intégrationCette phase de transition doit être contractualisée en même temps que les autres modalités de l’opération grâce à la mise en place d’une TSA (Transition Service Agreement). Cette négociation, faite en phase de closing, précise le coût et la durée du maintien du service assuré par le vendeur à l’acquéreur.Mettre en place une architecture qui soutienne sa stratégie de croissance. L’alignement des systèmes d’information avec les objectifs stratégiques de l’opération est essentiel pour garantir son succès sur le long terme. Différents scénarios peuvent être mis en place selon la maturité des deux SI (interconnexions, statuquo, nouveau SI, etc.)Identifier les quick wins et les opérations indispensables pour le jour JInitialiser le plus rapidement possible les premiers travaux de mutualisation des SI des deux entités afin de générer les premières économies d’échelle (acte opportuniste) et d’ancrer les premières briques visibles de la fusion (acte fédérateur)Être considéré comme un « business partners »Compte tenu de la complexité croissante des systèmes d’information, leur expertise est une vraie valeur ajoutée aux différentes problématiques de rationalisation et de synergie possibles auprès des métiers et des autres fonctions de l’entreprise engagés dans cette opération.Sécuriser les systèmes d’information au plus tôtLors de telles opérations, les entreprises sont motivées par la recherche de synergies et l’interconnexion des SI peut être faite au détriment des prérequis de sécurité. Ce risque ne doit pas être négligé ou faire l’objet de moyens trop limités, car, en plus d’engager la responsabilité des dirigeants, un incident de cybersécurité peut entièrement compromettre le reste de l’opération ainsi que la continuité des activités.