Le développement du monde rural passe-t-il par l’ubérisation ?

Juin 12, 2017
Patrick Hummel
Patrick Hummel

Patrick Hummel

Associé fondateur
Patrick Hummel

Les derniers articles par Patrick Hummel (tout voir)

L’ubérisation, une réalité pour un nombre grandissant de secteurs

Toute innovation s’accompagne généralement d’un engouement et de craintes, selon que l’on considère plutôt les risques sur un existant ou les opportunités à venir.

Le concept « d’ubérisation », plateforme numérique mobile qui permet la mise en relation directe, presque sans coût de transaction, entre le client/consommateur et le prestataire/fournisseur de biens et de services, est source d’inquiétudes pour certains acteurs économiques.

Cette mise en relation entre une offre et une demande a longtemps été complexe et coûteuse. Le numérique a changé la donne sur l’aspect du coût de transaction et l’échelle des opportunités d’intermédiation. Cette émergence du numérique est une aubaine, favorisant l’émergence et le foisonnement de nouvelles opportunités et ce particulièrement dans des zones rurales parfois considérées comme moins favorisées par la mondialisation.

La ruralité, espace et mode de vie en sursis ou terreau d’une croissance potentielle élevée ?

L’espace rural est très vaste, il représente 70% de la superficie totale et les deux tiers des communes de la France métropolitaine. Ces espaces ruraux hors influence des pôles se sentent aujourd’hui, oubliés, isolés, sacrifiés sur l’autel de la rentabilité des services, aussi bien publics que privés, négligés dans les politiques publiques et accusent souvent la mondialisation comme raison de ce déclin et de la mort de leur mode de vie.

Pourtant, la nouvelle économie portée par les innovations numériques est en train de renverser la situation, en abaissant les barrières et en rapprochant les individus entre eux.

L’ubérisation, moyen de revitalisation de l’espace rural ?

Cette nouvelle économie, plus collaborative et plus directe permet aux communes rurales et aux acteurs économiques locaux d’apporter des solutions à leurs problèmes.

Les solutions alternatives pour avoir accès au haut débit (WiMax, 3G et 4G, Satellites, …) existent et se développent de plus en plus. La création de fournisseurs publics ou associatifs permet à chacun de pouvoir accéder à Internet et donc à tous les pans de l’économie numérique et aux possibilités offertes par l’ubérisation.

Le numérique est déjà un vecteur de développement économique du monde rural

Révolution digitale du monde agricole  

On serait surpris aujourd’hui de voir à quel point certains agriculteurs peuvent être « connectés ». L’utilisation de plus en plus de logiciels spécialisés, des tracteurs guidés par GPS, l’utilisation de drones et d’objets connectés (IoT), une rotation et une optimisation des cultures par analyse informatique en sont quelques exemples.

L’ubérisation permet aussi grâce aux plateformes d’augmenter sa visibilité et de valoriser en quelques minutes des opportunités commerciales. Au niveau local, des sites de location de matériel entre agriculteurs (wefarmup), d’emploi de personnel saisonnier (anefa, yojob), de bourses aux compétences (mécanique, électrique, logiciel, …) autorisent le développement d’un écosystème local. On peut également noter l’émergence des circuits courts portés par des acteurs comme La Ruche qui dit Oui, dont l’un des fondateurs, Mounir Mahjoubi, est d’ailleurs l’actuel secrétaire d’Etat du numérique.

Opportunités pour des nouveaux services

La mise en place d’espaces collaboratifs permet grâce à la mutualisation d’apporter des nouveaux services entre particuliers autour du transport ou des courses à domiciles (comme l’epicieriedecampagne.fr).
La création rapide et efficace de sites web ou l’intégration à un marketplace permet la vente directe de service ou d’objets artisanaux vers le monde entier afin de compléter ses revenus (couture, réparation, tâches administratives,…)

Développement de la visibilité et de la notoriété

Un territoire est visible lorsqu’il montre son dynamisme et sa capacité à être dans l’ère du temps (comme l’association au label French Tech). Les commerçants, les artisans, les industriels de la région gagnent en notoriété, se font connaitre et apprennent à valoriser leur e-reputation.

Offres touristiques entre particuliers

Les habitants de territoires ruraux peuvent vouloir promouvoir leur région ou la faire découvrir grâce par exemple à la possibilité de louer une chambre laissée vacante. On peut ainsi redonner vie à une maison familiale en la proposant sur une plateforme comme Air BnB. Hôtellerie et hébergement (Gites, Maisons d’hôtes, …) drainent à nouveau des visiteurs, qui trouvent facilement des informations sur les activités locales, les commerces, les lieux à connaître grâce aux plateformes collaboratives.

Un monde rural attrayant qui se réinvente

Renouvellement et accroissement de la population

60% des métiers qui seront exercés en 2030 n’existent pas encore aujourd’hui et on peut imaginer qu’une minorité d’entre eux nécessiteront une présence physique dans les locaux d’une entreprise (sachant que déjà 6,7 millions d’emplois sont déjà éligibles au télétravail). De nombreux salariés pourront cumuler plusieurs emplois ou l’exercer pour différents employeurs. Ces salariés, plus libres, plus affranchis des lieux habituels de travail pourront à condition d’être bien connectés au monde exercer leur emploi depuis un territoire rural. Aujourd’hui, les gens s’installent en ville essentiellement pour des raisons professionnelles et pour la proximité des services, en offrant les mêmes opportunités à l’échelle nationale, les gens pourront s’installer à leur convenance sur tout le territoire.

Développement de nouveaux services à la personne

L’accompagnement des personnes âgées et d’une manière générale des habitants des territoires ruraux vers l’usage du numérique permet de créer de nouveaux emplois et de proposer de nouveaux services à la personne, comme l’installation des box internet, la configuration et la maintenance des ordinateurs, des téléphones portables, le transfert des compétences. On peut aussi envisager la création de sites web, de portails d’e-commerce, etc.

Citons par exemple La Poste qui propose depuis quelques années le service Bonjour Facteur, l’installation et la maintenance d’appareils de téléassistance ou encore l’accompagnement du passage à la télévision numérique (TNT).

Essor de nouveaux modes de transport

Le covoiturage, la location de voitures entre particuliers, la disponibilité de voiture avec chauffeur s’organisent sur le territoire (Blabla Car, Drivy,…).
Les trajets domicile/travail se font en covoiturage, ce qui permet à une personne sans voiture ou sans permis d’accéder au marché du travail, à une usine de trouver enfin les compétences pour un poste non pourvu.

L’ubérisation, nouveau marqueur social et culturel

Retrouver du lien social

L’isolement physique est une réalité, mais le numérique permet de le rompre, en échangeant sur des forums spécialisés, en découvrant dans le monde entier des personnes partageant le même loisir, la même passion. D’abord virtuellement et par la suite via des rencontres réelles, des déplacements, en covoiturage ou en Uber bien sûr, vers des expositions sur un sujet nouveau ou un salon organisé dans la région, la création d’un groupe de discussion.

Créer de nouveaux lieux de convivialité et hub de services

Et si le PMU du village devenait un lieu d’échange sur les nouvelles technologies, les nouvelles applications et les opportunités qu’elles représentent ? Un lieu où l’on puisse jouer en ligne à certaines heures (Mindout), faire découvrir la programmation à d’autres, échanger sur des forums spécialisés, découvrir la retouche photo ou le montage vidéo, maîtriser Skype et apprécier une conversation vidéo avec sa famille vivant à l’étranger, savoir accéder à son journal ou magazine préféré.

Créer de nouveau champ socio-culturel et éducatif

Le prêt de livres, de CDs, de DVDs s’organise entre particuliers ou entre les particuliers et les bibliothèques et médiathèques du territoire. Des offres culturelles nouvelles apparaissent, on échange des services entre habitants pour des cours de guitare contre un peu d’administratif, des cours de chant contre des heures de jardinage.

L’ubérisation, acteur de la sécurité et de la santé

Développement de nouveaux modes de sécurité

On trouve plus facilement un « gardien » pour sa maison pendant ses congés. On est mieux informé vis-à-vis des démarches abusives faites au porte à porte. On se fait accompagner pour mettre en place des solutions de domotique qui permettent de simuler sa présence mais aussi d’informer en cas de dégâts des eaux ou d’intrusion.

Lutte contre les déserts médicaux 

Portage de médicaments, surveillance médicale via l’internet des objets, appareils de téléassistance, prise de tensions, avis d’experts installés loin du lieu de consultations, covoiturage médicalisée, prêt de matériel médical entre particuliers, les opportunités sont nombreuses afin de réduire les risques des déserts médicaux et d’assurer une meilleure protection.

On peut aussi envisager le partage d’astuces ou la mise en œuvre de solutions simples et efficaces pour faciliter le maintien à domicile de personnes dépendantes pour des raisons physiques.

Dans tous ces domaines et bien d’autres, comme l’écologie, le développement durable, la lutte contre le chômage, la révolution numérique et l’ubérisation doivent être perçues comme une opportunité, une chance de redynamiser des territoires, de créer de nouvelles formes de liens sociaux et de solidarité, de créer de la valeur et de la richesse. En se faisant accompagner, en les comprenant et en les anticipant, on peut voir une multitude d’opportunités dans ce qui nous apparaissait comme une menace. Tout cela se fera avec une volonté forte des pouvoirs politiques locaux.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *