Nous avons tous entendu cet adage qui veut que ce soit dans les vieux pots que sont faites les meilleures soupes, et ou encore le slogan d’une célèbre marque nous assurant que grand-mère sait faire du bon café.

Même convaincus, nous nous interrogeons toujours plus sur ce que nous faisons de bien, et surtout de moins bien dans nos métiers, en oubliant l’essentiel.

Nos clients nous disent, « je ne sais pas ce que fait l’IT », « je ne sais pas pourquoi je paie si cher l’IT », « je ne trouve pas normal de payer autant que la direction untelle », « je ne vois rien d’innovant pour mon activité », « chacun semble faire ce qu’il veut avec l’IT », « on ne m’écoute pas », « cet outil est la solution à nos problèmes », etc, etc…

Ces constats se retrouvent partout et depuis des décennies. Il faut bien reconnaître que les DSI n’ont pas toujours su accompagner les évolutions de leurs clients, ni faire du numérique un accélérateur de leurs affaires.

La DSI est une fonction clé dans les transformations de l’entreprise. Oui, il y a bien des années que la mission de la DSI a évolué de fonction support au bénéfice de partenaire des métiers.

Et si on l’on s’autorisait un arrêt sur image ? Oublions le numérique et ses enjeux un instant : dans l’absolu, être partenaire de nos clients ne demande-t-il pas de connaître nos clients ? Et inversement à nos clients de nous connaître ? Cela peut paraître trivial mais c’est pourtant extrêmement critique pour une DSI de réfléchir en ces termes.

« Il serait une erreur de croire que la transformation numérique vous dispense de mettre en œuvre quelques pratiques élémentaires ».

Une, si ce n’est la pierre angulaire pour mettre en place ce partenariat est le portefeuille de projets.

Cette gestion de portefeuille s’appuie sur 4 pratiques essentielles et incontournables :

  • Standardiser la ou les méthodologies projets
  • Décider des projets SI/IT qui doivent être lancés, au regard de la planification stratégique
  • Suivre l’exécution des projets SI/IT en cours et les reprioriser quand cela est nécessaire
  • Contribuer à la planification stratégique de l’entreprise sur le volet SI/IT

Ce faisant, vous mettez la DSI dans de bonnes dispositions pour établir une relation de confiance avec les métiers et la direction générale. Vous DSI, ne serez plus jamais pris de court lorsque l’on vous demandera de justifier votre budget, ou un délai sur un projet, ou encore une re-priorisation d’un déploiement, ni même lorsque votre direction générale voudra comprendre en quoi vos projets SI contribuent à la stratégie de l’entreprise.

Les métiers ne pourront que vous en remercier, voyant en vous non plus un meneur d’équipe de pompiers prêts à éteindre les départs d’incendie dans des délais impartis, mais un conseiller avisé qui comprend les enjeux métier et sait orienter de manière informée les décisions stratégiques de l’entreprise, et conduire les projets SI/IT qui lui sont confiés.

Bien évidemment je prends des raccourcis, je grossis le trait, mais comme pour toute recette : il n’est pas recommandé de se passer des ingrédients de base.

J’ai personnellement le goût des choses simples, et quoi de plus simple que de s’appuyer sur des pratiques éprouvées que l’on sait essentielles et indispensables pour réussir les transformations de l’entreprise ?