En tant que conseil en transformation de la fonction IT, nous sommes régulièrement questionnés par nos clients quant au positionnement adéquat de celle-ci au sein de l’entreprise.

Les interrogations tournent alors d’autour de la responsabilité de l’IT dans le pilotage de la transformation d’entreprise, dans l’entretien de la dynamique d’innovation, dans la définition et déclinaison de la stratégie numérique, dans la gestion des risques stratégiques d’entreprise liés aux usages de la technologie.

Notre conviction est alors simple: Une IT a pour raison d’être principale d’appuyer les ambitions de ses métiers en leurs offrant stabilité, robustesse, souplesse et conseil technologique, nécessitant une véritable relation de partenaire de proximité.

Mais que signifie être partenaire et comment construire et enrichir ce partenariat durablement ?

1/ Un partenariat: Des apports bilatéraux 

Un partenariat entre deux entités vise à ce qu’ils engagent des moyens ensemble au service d’un objectif commun tout en gardant leurs propres identités.

 

 

 

Pour engager ces moyens, les étapes suivantes sont essentielles pour construire le partenariat IT/métiers :

 

La construction du partenariat passe alors par l’atteinte individuelle et collective de ces états stables.
Nous pourrons alors parler de partenariat lorsque les 2 entités auront atteint l’étape 4.

Bien souvent, nos clients nous posent alors deux questions :

Face à moi IT, je rencontre 18 métiers aux tailles, organisations, pratiques et enjeux différents, faut-il que je reproduise la même démarche dans ma relation de partenariat avec chacun?

  • Bien entendu NON. Afin d’adopter une démarche appropriée, il s’agit d’abord d’identifier la situation de départ au travers d’un diagnostic flash des partenariats de l’IT avec les métiers en face d’elle. Deux approches possibles dans ce cadre :
    • la définition de 3 catégories de métiers présentant des caractéristiques communes à 90% afin de se focaliser sur 3 typologies de partenariats,
    • la priorisation de 3 à 5 métiers pour qui l’évolution du partenariat avec l’IT est essentielle, afin de se concentrer sur chacun individuellement.

Le diagnostic est réalisé au travers d’une analyse de documentation présente ou absente, d’entretiens individuels et collectifs et d’une enquête adressée globalement aux métiers concernés.

S’en suit une évaluation de maturité sur les 4 axes et 13 sous-axes suivants:

  • Services: Offres, catalogues et modèle économique
  • Posture: Proximité, Culture de services et orientation produit
  • Communication: Transparence, information, promotion et notoriété
  • Expérience client: Parcours, connaissance, perception usages

Puis il s’agit de définir la maturité cible qui est visée et le plan d’actions pour y parvenir.

Combien de temps est nécessaire pour construire le partenariat entre IT et métier que vous évoquez ?

  • La construction d’un partenariat ne se fait pas en une journée, essentiellement, car elle implique du côté du métier concerné et de l’IT de faire évoluer radicalement certaines postures: Orientation client pour l’IT, confiance et ouverture pour le métier. Cela représente le premier critère posant la durée de la démarche.
    Par expérience, le partenariat entre un métier et une IT pourra évoluer d’une maturité 1 à 4 sur une durée de 2 années minimum, la durée étant plus courte si le point de départ est plus avancé.

2/ Quelles actions entreprendre ?

Sur chaque sous-axe du diagnostic évoqué ci-dessus, des actions concrètes vont pouvoir être menées pour faire évoluer la maturité du partenariat. Les actions pourront être de 4 types: Organisation, Communication, Documentation, Sensibilisation/Acculturation.

 

 

En voici quelques exemples non exhaustifs:

Il est possible et même recommandé d’anticiper le démarrage de certaines actions des étapes de maturité à venir, en particulier des actions lourdes en énergie et en temps.
Attention toutefois, il est essentiel pour la construction du partenariat que les résultats attendus d’une étape soit pleinement atteint pour finaliser la suivante. Pour le dire autrement, il est crucial d’atteindre et valoriser des états stables franchis dans la relation à des fins de dynamique, d’engagement et de mobilisation. L’effet tunnel est à proscrire ici.

En parallèle des exemples présentés ci-dessus, comme nous l’évoquions, un travail sur les postures individuelles et collectives de chaque organisation, ainsi que celles du groupe rejoignant les 2 organisations, est à mener au travers d’un accompagnement au changement. Cela prendra la forme de formations, d’échanges via des communautés de pratiques et de coachings individuels et collectifs. Ce sont des actions cruciales pour cimenter un partenariat dans la durée basé sur des relations mutuelles de compréhension, de respect et de confiance.

Le positionnement de l’IT en tant que Business Partner, au-delà du concept à la mode, est aujourd’hui une absolue nécessité pour toute organisation qui ambitionne de faire du numérique un vrai levier de différenciation. L’IT pourra alors apporter la valeur qu’il est légitime d’en attendre, en parfait alignement des ambitions de développement de l’entreprise.